Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Jean-Michel II le Dim 19 Oct - 10:18

Prologue

Près de la dernière chapelle avant l'autel, dans la nef de gauche, se dressait une mince colonne où se trouvait une Vierge de pierre, sculptée dans le style des modernes, au sourire ineffable, au ventre proéminent, l'enfant dans les bras, vêtue d'une robe gracieuse, avec un léger corselet. Au pieds de la Vierge, en prière, était un homme, vêtu des habits de l'ordre clunisien.
L'homme, en entendant le bruit de nos pas, leva son visage. C'était un homme adipeux et d'aspect vulgaire, mais jovial, chenu mais encore robuste, petit, mais véloce.


C'est ainsi que Magnus d'Iona entra dans la vie de Glyn de Glyn Ebwy. Depuis la dernière intervention du monastère de Llanilltud Fawr dans les affaires galloises, sa renommée s'était encore affermie et le nom de Glyn était murmuré tout bas du nord au sud du pays. Mais si le prestige du monastère le placait encore à cette époque hors de portée des Normands, d'étranges et inquiétants incidents s'y étaient produits et le père abbé avait fait parvenir secrètement un message au personnage légendaire qu'était déjà Magnus. Haï des Normands, mais possédant de solides appuis à Rome, Magnus menait déjà une vie aventureuse, voyageant continuellement entre les différentes communautés bénédictines autour de la mer d'Irlande, habile à échapper aux nombreux périls qui ne manquaient jamais d'apparaître sur sa route. L'abbé avait jugé sage de lui confier Glyn pour qu'il poursuive sa formation et assure sa sécurité. Et c'est ainsi que, en grand secret, Glyn fut arraché à la tranquillité du monastère pour se lancer sur les routes tumultueuses du Monde.
Cool

Année du Seigneur 1092. Le sud du Pays de Galles était presque entièrement occupé par les Normands. Le roi du Gwynedd Gruffydd ap Cynan était emprisonné à Chester depuis plus de 10 ans. Le royaume de Deheubarth, sous le roi Rhys ap Tewdwr, résistait difficilement face aux attaques répétées des Normands, mais constituait le principal centre de la résistance galloise.
study

C'est de cette époque que datent les terribles évènements de Llan-Non auxquels furent étroitement mélés Magnus et Glyn, tels que je les consigne à présent pour les confier à la mémoire de ceux qui viendront après moi.
sunny

(à suivre...)


Dernière édition par Jean-Michel II le Mer 29 Oct - 10:57, édité 6 fois
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Jean-Michel II le Lun 20 Oct - 11:13

Pillage côtier, face à Arnaud et ses vikings.
Scénario conçu par Laurent Foucher et Cédric Lejeune et testé par le club Les Ludiques Troupiers, février 2013.


Symbole tantôt de démon, tantôt du Christ ressuscité, aucun animal n’est plus suspect que le coq. Notre ordre en connut de paresseux, qui ne chantaient pas au lever du soleil. Et d’autre part, surtout dans les journées hivernales, l’office de matines a lieu quand la nuit est encore profonde et la nature toute endormie, car le moine doit se lever dans l’obscurité et longuement dans l’obscurité prier en attendant le jour, et en illuminant les ténèbres de la flamme de sa dévotion. C’est pourquoi sagement la tradition prévoit des veilleurs.

Mais si Glyn veillait en cette froide et grise matinée d’automne, fixant à travers une fenêtre du grenier de la demeure du chef du village de Llanrhystud, les rivages brumeux et silencieux, ce n’était pas conformité à la tradition.


Magnus dormait à poings fermés en bas, dans la salle commune, un peu plus loin, au milieu des gardes tout en armes que leur avait accordé le Roi. Depuis que Magnus l’avait réveillé, il mesurait le temps écoulé en récitant des psaumes. Enfin le village commença à s’animer et les premières villageoises firent sortir les animaux enfermés pour la nuit.


Comme il s’interrogeait devant cette nouvelle et vaine nuit de veille, il perçut une ombre sinistre dans la brume. Une trouée dans la brume révéla plusieurs groupes d’hommes en armes à l’allure féroce approchant furtivement du village.


Un cri étouffé signala peu après à Glyn que le veilleur face à la forêt venait lui-aussi d’aperçevoir d’autres groupes de guerriers s’approchant à travers la forêt.


Comme Magnus l'avait annoncé au Roi quelques jours plus tôt, ils étaient finalement venus. En quelques enjambées, les veilleurs étaient au centre de la salle commune qui s’emplit rapidement du bruit d’une foule en arme.
Les Hommes du Nord venaient pour tuer et piller les réserves de nourriture des villages côtiers. Cette année les récoltes avaient été médiocres et le pays était au bord de la famine. Mais la nourriture n’est qu’une source de profit additionnelle pour eux : l’or avait coulé en abondance dans les ports de l’Est pour recruter ces équipages et les jeter sur nos côtes. La brutalité normande attisant la colère du peuple, le bruit de l’or qui coulait s'était transformé en rumeurs chuchotées de bouche à oreille à travers le pays, jusqu’au frère Magnus, dont la finesse de l’ouïe était renommée. Après en avoir averti le Roi, Magnus prenait, en compagnie de ,la direction des côtes où était attendue l'invasion, à la tête d'un détachement de troupes royales.

Alors que les envahisseurs arrivés par la plage se ruaient soudain vers le village, semant la panique parmi villageoises, poules et cochons…


…Magnus et Glyn regroupaient les gardes du Roi devant la demeure du chef et leur conseillaient religieusement de défendre le grenier au centre du village…


Pendant ce temps, les guerriers du clan, qui s'étaient embusqués autour de la forge du village à l’orée de la forêt après y avoir affuté leurs armes la veille, se levaient comme un seul homme pour faire face à la menace…


… et tombaient tel un divin châtiment sur un premier groupe de guerriers vikings sur le point de sortir de la forêt. Après une première volée de javelots meurtrière…


… nos guerriers se ruaient sur les éclaireurs adverses, subjugés par la rapidité de notre attaque.


Les Vikings étaient impitoyablement massacrés avant même d’avoir compris ce qui leur arrivait.


Mais le désastre n’était pas complet: nos guerriers tombaient dans la foulée sur Ragnar le Manchot, goði à la tête des pillards.


Pas manchots, ils en profitaient aussi sec pour renvoyer le sinistre individu chez ses divinités païennes.


Voyant l’affaire mal engagée, les pillards prenaient rapidement la fuite afin de préserver leurs forces pour d’autres combats, alors que les guerriers des clans se lançaient à leur poursuite à travers la forêt, y gagnant quelques cochons, toujours bons à prendre par ces temps de disette...
pig


Un grand cri d'allégresse s'élevait dans tout le village devant la victoire de nos guerriers. Le grenier était sauf et l'ennemi dispersé. Hélas, la joie fut brêve. Alors qu'un prisonnier viking révélait que la force d'invasion principale faisait voile vers Llan-non, dans les heures qui suivaient, l'arrière-pays parut s'embrasser. De partout affluaient des réfugiés hagards annonçant que des bandes couraient la campagne en ravageant tout sur leur passage. Llanrhystud était coupé du reste du pays.
affraid

NDR: Avec 10 points de bande à gérer pour cette campagne, Arnaud s'est retrouvé en infériorité numérique pour jouer ce scénario. Le déploiement aléatoire des deux unités de guerriers gallois s'est en plus révélé catastrophique pour le Viking. Une unité et surtout son Seigneur-Conseiller religieux en ont fait les frais dès le premier tour. Avec juste 3 dés SAGA et des effectifs à gérer pour toute la campagne, Arnaud a préférer annuler sa tentative de pillage qui était fortement compromise. Du coup, nous en avons profité pour poursuivre avec une partie de JUGULA !
cheers

(à suivre...)


Dernière édition par Jean-Michel II le Mer 29 Oct - 10:59, édité 10 fois
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Jean-Michel II le Mar 21 Oct - 10:33

Le Messager, face à Guillaume et ses anglo-danois.
Scénario conçu par Laurent Foucher et Cédric Lejeune et testé par le club Les Ludiques Troupiers, septembre 2014.


Je vis alors monter de la mer une Bête à dix cornes et sept têtes ; elle portait sur les cornes dix diadèmes et, sur les têtes, des titres blasphématoires. Elle avait l'allure d'une panthère, les pattes d'un ours et la gueule d'un lion, le Dragon lui conféra sa puissance, son trône et une grande autorité.
L'une de ses têtes, pourtant, paraissait égorgée à mort, mais la plaie mortelle était guérie. Là-dessus, tout le monde de se pâmer d'admiration à la suite de la Bête, et de se prosterner devant le Dragon parce qu'il avait conféré son prestige à la Bête, et de se prosterner devant la Bête en disant : "Qui pourrait se mesurer à la Bête et batailler avec elle ? ".
On lui accorda la faculté de proférer des paroles arrogantes et blasphématoires et de sévir quarante-deux mois.
Elle ouvrit donc sa bouche pour blasphémer contre Dieu, blasphémer son nom et sa tente (ceux qui ont leur tente au ciel). Elle put guerroyer avec les saints et l'emporter ; elle reçut autorité sur toute tribu, peuple, langue et nation, au point que tous les habitants de la terre l'adoreront ; leur nom n'est pas inscrit depuis la fondation du monde dans le Livre de vie de l'Agneau égorgé.
A bon entendeur d'écouter ! Qui cherche à faire des prisonniers, s'en va en captivité ; qui tuera par l'épée doit être tué par l'épée ! C'est l'occasion pour l'endurance et la confiance des saints !


Alors qu’une partie des guerriers du clan restaient à Llanrhystud pour défendre le village contre les maraudeurs, Magnus et Glyn conduisaient les gardes du Roi et le reste des guerriers du clan vers le sud et Llan-non. Le bourg devait rapidement être mis en état de défense et des renforts dépêchés avant le débarquement de la principale flotte adverse. Mais l’Ennemi veillait et les routes étaient surveillées.

Par une matinée grise et humide, la troupe se mit résolument en route sous le regard angoissé des villageois.


Le ciel se chargea de sombres nuages tout le temps que dura leur marche vers le sud, à travers un pays étrangement désert et silencieux. De temps en temps, leur chemin les conduisait près d'une ferme incendiée où des cadavres sans sépulture étaient laissés en proie aux bêtes sauvages, et c’est le cœur lourd qu’ils poursuivaient leur marche sans s’arrêter pour leur donner une sépulture décente.

La route, plein sud, quitta les basses collines pour traverser un vaste plateau balayé par le vent. Comme ils approchaient d’un croisement, l’appel sinistre d’un cor perça le silence à l’Ouest et un mur de bouclier apparut en travers de la route.


En écho, des réponses retentirent, l’une au sud et l’autre à l’Est. Les routes vers le sud et vers l’est leur étaient cachées par deux bosquets, mais l’ennemi était là, en nombre, et le passage leur était interdit.


Sans perdre de temps, Magnus et Glyn conseillaient religieusement à la troupe de presser le pas, en rang serrés, vers la route de l’Est et l’intérieur du pays.


Des silhouettes hostiles venaient d’apparaître au nord…


… et au sud, et se rapprochaient rapidement.


D’un bon train, la troupe se dirigeait en avant dans le sillage des gardes du Roi, maintenant autant que faire se peut sa formation, mais commençant à laisser derrière elle ceux qui ne pouvaient plus tenir le rythme de la progression.


Un premier groupe de guerriers anglo-danois se détachait de leur mur de bouclier et venaient défier nos troupes…


… encouragé par l’approche rapide d’un autre mur de bouclier remontant la route du sud.


Un premier groupe de nos guerriers se jetait sur les téméraires anglo-danois …


… et leur faisait aussi amèrement que tardivement regretter leur audace.


Voyant leurs compagnons abattus, un nouveau mur de boucliers apparaissait sur la route de l’Ouest et doublait l’allure.


Mais nos gardes se jetaient déjà sur le mur de bouclier qui nous barrait la route de l’Est et par la pointe de leurs javelots et la tranchant de leurs épées, en faisait un grand massacre.


La route était presque ouverte, mais l’Ennemi n’était pas encore décidé à nous céder le passage…


… alors que le seigneur adverse et un mur de bouclier arrivaient dans le dos de nos troupes en hurlant un flot de paroles blasphématoires.


Mais nul n’en remonte à nos troupes en matière d’invectives et les survivants du barrage quittaient leur position pour se ruer sur nos gardes qui les repoussaient avec fermeté et les poursuivaient l’épée dans les reins, les abattant jusqu’au dernier : la route était enfin ouverte !


Pendant ce temps, un autre groupe de guerrier chargait le mur de bouclier dans notre dos e,t dans un joyeux carnage, laissait un seul survivant anglo-danois, sous le regard inquiet de son Earl.


Paralysé par la peur et la proximité de nos troupes, ses propres troupes trop lointaines pour le secourir, l’Earl anglo-danois voyait avec soulagement nos troupes battre en retraite à la suite de Magnus et de Glyn par la route de l’Est : l’heure n’était pas au massacre stérile d’un ennemi battu et toutes les minutes comptaient pour secourir le bourg de Llan-non.
Razz

Et c'est au bout d'une épuisante marche que la troupe arriva enfin à Llan-non. Le bourg et sa garnison étaient mis en état de défense et des messagers expédiés dans les villages à l'entours pour rameuter tous les guerriers des clans disponibles.
Tout ce qui pouvait être entrepris l'avait été et tous remettaient maintenant leur destin entre les main du Tout-Puissant.  
geek

NDR: Un nouveau scénario original, 6 points contre 6 points, où il fallait des dés SAGA pour avancer vite et où les conseils religieux Magnus et Glyn furent bien utile !
Very Happy
Difficile pour Guillaume de bloquer trés longtemps les 3 sorties de table avec des Anglo-danois et malgré quelques prouesses de ses gardes, la route de l'Est s'est révélé un bon choix dans ce contexte.
Ayant perdu 1 point sur les 10 points disponibles au début de la campagne, ma bande pourra disputer la bataille finale à effectif complet. Les envahisseurs peuvent maintenant débarquer !

cheers


Dernière édition par Jean-Michel II le Mer 29 Oct - 11:00, édité 7 fois
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Michel 91 le Mar 21 Oct - 21:56

Ben mon cochon....tu pourrais developper, please, les régles et conditions de victoire de ces sympathiques scénari maison? Wink
avatar
Michel 91

Messages : 2893
Date d'inscription : 05/06/2012
Localisation : Essone (91)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Jean-Michel II le Mer 22 Oct - 7:28

Michel 91 a écrit:Ben mon cochon....tu pourrais developper, please, les régles et conditions de victoire de ces sympathiques scénari maison? Wink
Les scenarii sont disponibles sur le blog des Ludiques Troupiers, je te laisse le plaisir d'aller le visiter:
Les Ludiques Troupiers

Et comme il est dit: bon jeu !
cheers
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Michel 91 le Mer 22 Oct - 8:36

Merki Cool
avatar
Michel 91

Messages : 2893
Date d'inscription : 05/06/2012
Localisation : Essone (91)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La bataille de Llan-non (I)

Message  Jean-Michel II le Mer 22 Oct - 8:38

La bataille de Llan-non : La Sainte Alliance Gaëlique contre la horde démoniaque vomie des confins du Monde.
pirat

Je vis ensuite une autre Bête monter de la terre ; elle avait deux cornes, comme un agneau, mais elle parlait à la Dragonne. Tout le prestige de la première Bête, elle le déployait sous sa surveillance : elle amenait la terre et ses habitants à adorer la première Bête (celle dont la plaie mortelle était guérie) ;  elle opérait de grands prestiges, au point de faire tomber la foudre sous les yeux des hommes. Au moyen des prodiges qu‘elle pouvait opérer sous la surveillance de la Bête, elle séduisait les habitants de la terre en leur suggérant de dresser une statue à la Bête qui avait survécu au coup d‘épée. Il lui fut même concédé d‘animer la statue de la Bête, au point qu‘elle en arrive à parler et à faire mettre à mort quiconque refuse de se prosterner devant elle.
Elle arrivait à ce que tout le monde, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, se marquât la main droite ou le front, de façon que personne ne pût acheter ou vendre sans être marqué du nom de la Bête, ou du chiffre de son nom. C‘est le moment d‘être habile ! Aux gens avisés de calculer le chiffre de la Bête ! Car c‘est le chiffre d‘un homme, et ce chiffre est six cent soixante six.


La Sainte alliance Gaëlique représentée par Fabrice (à droite) et moi-même (au centre), gonflée à bloc depuis l’arrivée en renfort des Scots de Clément (à gauche, vous aviez deviné  Very Happy ).
king


Déboulant directement des confins d’Hyborée, les serviteurs de la Bête, dissimulés sous un masque jovial, ne s’en apprêtent pas moins à commettre les pires sacrilèges sur de paisibles autochtones qui ne demandent qu’à vivre paisiblement de l’adoption des vaches de leurs voisins ! Le Fils de la Louve eu-t-il préféré cette paisible activitée, le destin du monde en eu été bien différent…  Razz
A gauche, Arnaud le terrible Viking-affamé-de-vengeance, au centre Guillaume le sanguinaire Anglo-danois-qui-court-après-les-gallois-et-aimerait-bien-les-rattraper-et-que-personne-ne-voudrait-être-à-leur-place-quand-cela-se-produira, à droite Thierry l'effroyable Jomsviking-dont-les-colères-déplacent-les-océans !
Twisted Evil


Le scénario : En application du principe dont l’énoncé est attribué plus d’un siècle après la bataille à Arnaud Amaury, « Tuez-les tous, chaque dieu reconnaîtra les siens », les féroces hommes du Nord doivent tuer tous les défenseurs, capturer les villageois et brûler de fond en comble Llan-non. Les nobles défenseurs doivent les en empêcher, la survie étant optionnelle.
Embarassed

Glyn observait les habitants du bourg et était frappé du calme et de la sérénité qui leur permettait de s'absorber dans leurs travaux, comme si tous les démons de l'enfer n'étaient pas à leur porte, prêts à fondre sur eux dans les prochaines heures. Voilà, se disait-il, la grandeur de notre peuple: pendant des siècles et des siècles des hommes et des femmes tels que ceux-ci ont vu faire irruption la tourbe des barbares, saccager leurs demeures, s'abîmer les règnes dans des tourbillons de feu, et cependant ils ont continuer à entretenir la flamme de leur culture et de leurs traditions vachères qui se transmettait depuis des siècles et qu'eux transmettaient aux siècles à venir. Pourquoi ne devraient-ils pas continuer de même à présent ?

Il fut ramené à la dure réalité comme une brusque raffale de vents rabattait vers lui l'odeur du corps qui pendait au grand arbre à l'entrée du village. L'homme avait été surpris de nuit à l'intérieur du bourg quelques jours avant leur arrivée et sommairement exécuté. Les corbeaux étaient venu, et bientôt d'autres viendraient, mais il éprouvait plus de colère que de pitié pour lui. Car peu après les premiers habitants, les plus faibles, tombaient malades. Et le mal s'étendait rapidement lorsque la troupe conduite par Magnus arriva. Après une rapide enquête, ce dernier retrouvait une minuscule fiasque en verre sur le cadavre, vide, et dit avoir eu dans les mains, autrefois, un ouvrage affirmant que des agents de maladie pouvaient être transmis de cette manière. Mais le mal était fait et il fallait maintenant lutter contre sa propagation par de doctes prières et diverses fumigations.
C'est ainsi que Magnus et Glyn s'installaient avec une partie des troupes et la garnison de mercenaires continentaux dans le centre du bourg pour soigner les malades.


La route qui partait du centre du bourg vers l'Ouest conduisait vers la côte et un hameau de pêcheurs. A mi-chemin, un petit pont enjambait une rivière. Le pont était bordé au nord par un antique cercle de pierres et au sud par une forêt. C'est ici que nos amis et alliés scots avaient dressé leur campement.


Enfin, les guerriers des clans des environs s'étaient regroupés dans le hameau en bordure de plage, constitué de quelques maisons de pêcheurs et d'un grand hall servant d'entrpôt et d'abri pour les embarcations.


Un conseil de guerre avait eu lieu et tous s'étaient prononcés pour rester et défendre le bourg: le nombre croissant de malades et le signalement de maraudeurs dans l'arrière pays interdisaient l'abandon du bourg et la dispersion de ses habitannts, et le nombre de défenseurs paraissait suffisant pour en assurer la défense. Comme ils se trompaient alors ... pale

Le hameau fut donc rapidement mis en défense et ses habitants préparés à trouver refuge à l'intérieur du bourg, malgré la maladie. Et ils n'eurent guère à attendre longtemps avant que l'enfer ne vomissent sur eux ses infernales légions !
affraid

NDR: 6 points de troupes pour chacun des 3 secteurs du champ de bataille, plus une bande de mercenaires flamands au centre du bourg. Les habitants du hameau sont éparpillés autour du hameau est doivent être escortés vers le bourg. Ils se déplacement gratuitement de M à chaque tour et peuvent être activés comme des levées en dépensant des dés SAGA. Ils disposent d'une capacité spéciale, gratuite elle-aussi: se faire massacrer par toute brute nordique arrivée au contact.
Smile

(à suivre...)


Dernière édition par Jean-Michel II le Jeu 30 Oct - 11:03, édité 10 fois
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La bataille de Llan-non (II)

Message  Jean-Michel II le Mer 22 Oct - 10:23

C'était une belle matinée d'automne; le soleil brillait sans nuage sur les bosquets jaunis et sur les champs encore verts. Une belle matinée d'automne rayonnante comme l'arrivée de l'aube après un mauvais rêve.
flower

Au loin, la baie était parsemée de fleurs multicolores telle un champ en jachère de fleurs sauvages. Et ces fleurs étaient une multitude de voiles, et ces voiles poussaient lentement une flottile de navires vers la côte et dans ses navires guettaient des hommes sauvages, cruels et impitoyables venus porter le feu et le feu dans les foyers de Llan-non.
affraid

Au son des cors, les guerriers s'activaient du bourg au hameau et rejoignaient leur unité. Les habitants du hameau se regroupaient rapidement, prêt à prendre la fuite vers le bourg, mais tous regardaient fascinés les majestueux géants s'approcher du rivage et s'échouer avec un bruit strident sur les galets de la plage.


Et ce fut de nouveau le silence. Tous de taisaient et seul s'entendait le claquement des voiles sur les mats. Et alors, dans un vacarme infernale, les navires vomirent sur la plage une horde déchaînée et hurlante ! Les légions de l'enfer se ruaient vers le hameau.
Twisted Evil

Venaient à gauche les féroces Vikings d'Arnaud, aux bras couverts d'anneaux magiques et vétus de peaux de bêtes,


Au centre, progressant en rangs serrés, les fiers Anglo-danois, bardés d'acier et brandissants d'énormes haches,
Et à droite, les impitoyables Jomsvikings, terreurs des mers du Nord et riants devant la mort.


NDR: 18 points de troupes sur la plage, en une seule vague, façon autoroute du soleil durant l'été.
clown

L'armée des vikings n'eut pas peur de l'eau:
Les loups sanguinaires franchirent les flots:
Sous le regard impénétrable du Tout-Puissant,
Par-dessus les vagues étincelantes de la mer,
Ils firent passer leurs boucliers.
Dans le palais d'Asgard,
Les cornes s'entrechoquèrent et la grande table en chêne trembla
Sous les coups des poignées d'épée.
Le carnage pouvait commencer...
Twisted Evil



Dernière édition par Jean-Michel II le Ven 24 Oct - 7:30, édité 5 fois
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La bataille de llan-non (III): Le sang des pêcheurs

Message  Jean-Michel II le Jeu 23 Oct - 9:13

Ils étaient six compagnons pêcheurs, en mer,
qui voulaient se battre:
Aelhaearn le Sévère, Jac le Long,
Cadeyrn l’Ancien, Cadeyrn le Jeune,
Padarn le Chanceux, Ussylt le Fort.
Depuis l'enfance, ils livraient au hasard sombre une rude bataille.
Pluie ou bourrasque, il fallait qu'ils sortent, il fallait qu'ils aillent,
Car les petits enfants avaient faim.
Ils partaient le soir et gouvernaient, seuls, la barque.
Battus des flots qui toujours se reforment,
lls s'en allaient dans l'abîme et s'en allaient dans la nuit.
Dur labeur ! Tout était noir, tout était froid ; rien ne luisait.
Dans les brisants, parmi les lames en démence,
Cherchant l'endroit bon à la pêche, et, sur la mer immense,
Le lieu mobile, obscur, capricieux, changeant,
Où se plaisait le poisson aux nageoires d'argent,
Comme il fallait calculer la marée et le vent !
Les flots le long du bord glissaient, vertes couleuvres ;
Le gouffre roulait et tordait ses plis démesurés,
Et faisait râler d'horreur les agrès effarés.

pale

Ils étaient six compagnons pêcheurs, à terre,
qui voulaient se battre:
Aelhaearn le Sévère, Jac le Long,
Cadeyrn l’Ancien, Cadeyrn le Jeune,
Padarn le Chanceux, Ussylt le Fort.
Le jour où la vague sombre s’éleva par-dessus la mer,


L'abîme et la nuit venaient les chercher.
Gai labeur dans la lumière de l’aube,
Le javelot trouvait le Poisson d’argent.


Et les lames en démence s'écrasaient dans les brisants.


Flots glissant le long du bord,
Ils emportaient dans les gouffres Padarn le Chanceux.

Twisted Evil



Ils restaient cinq compagnons pêcheurs, à terre,
qui voulaient se battre.
Aelhaearn le Sévère, Jac le Long,
Cadeyrn l’Ancien, Cadeyrn le Jeune,
Ussylt le Fort.
Perdus dans la mer immense,
Où se plaisait le poisson aux nageoires d'argent,
Ils gouvernaient seuls, priant Dieu,
Battus des flots qui toujours se reforment.


C’était l’heure où, gais danseurs riants, comme le filet
Leur faisait prendre plus de poisson.
Ils avaient trouvé l'endroit bon à la pêche

Mad



Ils restaient cinq compagnons pêcheurs, à terre,
qui voulaient se battre.
Aelhaearn le Sévère, Jac le Long,
Cadeyrn l’Ancien, Cadeyrn le Jeune,
Ussylt le Fort étaient leur nom.
Battus des flots qui toujours se reformaient,
Et comme au sombre Océan arrive tout ruisseau,
Le diable est caché dans le vent qui souffle
Et le filet était troué.


Dans la mer, comme un tonnerre,
l’homme, dont l’onde éteint le hurlement,
Sentit fondre et s’enfoncer le bâtiment qui plonge;
Il sentit s’ouvrir sous lui l’ombre et l’abîme.


Oui, l’hiver serait dur pour les petits enfants.

Crying or Very sad

Ils étaient six compagnons pêcheurs, à terre,
qui voulaient se battre.
Aelhaearn le Sévère, Jac le Long,
Cadeyrn l’Ancien, Cadeyrn le Jeune,
Padarn le Chanceux, Ussylt le Fort étaient leurs noms.

sunny

NDR: Abordant la première maison à droite du hameau, les Jomsvikings de Thierry tombaient sur un os et payaient un lourd tribut pour éliminer les quelques courageux guerriers qui la défendaient, offrant un temps précieux aux villageois qui refluaient vers le pont. Tant de bravoure méritait bien une petite chanson.:
lol!


Dernière édition par Jean-Michel II le Mer 29 Oct - 11:04, édité 8 fois
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La bataille de Llan-non (IV)

Message  Jean-Michel II le Jeu 23 Oct - 9:39

Dès les premières voiles apparues à l'horizon, l'alerte se répendait du hameau au bourg de Llan-non. Le coeur serré devant l'iminence du péril, Magnus et Glyn conseillaient religieusement à la garnison du bourg de se hâter vers la plage.
Laissant à de petites unités la garde du bourg, les plus grosses unités de guerriers gallois et de gardes scots faisaient résolument mouvement vers le pont pour en renforcer la défense.


NDR: Il semble que nos amis belges, que je salue d'ailleurs chaleureusement au passage et au demeurant, trainent une réputation de "tireurs-au-cul" depuis la bataille de Llan-non, au cours de laquelle l'unité de mercenaires flamands resta l'arme au pied durant les premiers tours de la bataille, avant de se mettre avec une égale circonspection en marche elle-aussi vers la plage.
Rolling Eyes

Du côté opposé, les habitants du hameau entamaient un mouvement inverse et dans un calme relatif s'ébranlaient eux aussi vers le pont, croisant deux unités de guerriers scots accourus pour sécuriser le flanc gauche des défenseurs: oeuvre du diable, l'épidémie venait de frapper telle la foudre les malheureux défenseurs de la maison à l'extrême gauche du hameau.
pale



Tentant de fuir devant les miasmes pestilentiels qui assaillaient le bâtiment, le dernier des défenseurs s'écroulait inconscient dans un champ de navets sous le regard indifférant d'un cochon profitant de la confusion pour venir chapader avec gourmandise quelques plantes.
pig



Comme les courageux compagnons pêcheurs contenaient la poussée Jomsviking à droite du village, les flots de guerriers anglo-danois se rapprochaient du grand Hall.
Encouragés par leurs exploits de leurs voisins, les jeunes guerriers qui défendaient le Hall se précipitaient fougueusement à la rencontre des premiers rangs ennemis qu'ils tentaient de noyer sous un déluge de javelots.
Mais, hélas, l'Anglo-danois sait nager !


Essouflés par leur charge, les guerriers gallois étaient bien incapables de regagner l'abri du Hall et se faisaient durement sanctionnés pour leur témérité...
Mad



Le grand Hall était perdu, mais les survivants parvenaient à se replier et couvraient la retraite des habitants du hameau vers le pont gardé par deux unités de guerriers scots.


Plus en arrière, les guerriers gallois prenaient de l'avance sur les gardes scots, qui, tout le monde le sait bien, sont des sprinters, redoutables sur les courtes distances.


Enfin, dans le bourg, de nouveau foyers d'infection se déclaraient et décimaient les petites unités laissées en garnison.
pale

La ligne de défense galloise pliait mais ne rompait pas, et de brillantes ruses tenues en réserve allaient bientôt s'abattre sur les sauvages et démoniaques envahisseurs !
Question

(à suivre...)
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Bilou le Sam 25 Oct - 8:31

Tout cela est vraiment agréable à regarder et à lire, j'adore. cheers
Un grand merci Very Happy
avatar
Bilou

Messages : 150
Date d'inscription : 14/07/2014
Age : 51
Localisation : Angers

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vindis-miniatures.eu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  biak40 le Sam 25 Oct - 22:35

Bilou a écrit:Tout cela est vraiment agréable à regarder et à lire, j'adore. cheers
Un grand merci Very Happy  
+1
avatar
biak40

Messages : 216
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 38
Localisation : landes

Voir le profil de l'utilisateur http://histofigouzes.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Lord Nelson le Dim 26 Oct - 3:33

Des CR toujours au top
cheers cheers cheers
avatar
Lord Nelson

Messages : 274
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 53
Localisation : Toulon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La bataille de Llan-non (V)

Message  Jean-Michel II le Dim 26 Oct - 7:00

Alors que les premières maisons tombaient entre les mains des terribles envahisseurs, une partie du hameau s'embrassait d'un seul coup !
affraid


Les défenseurs préféraient détruire eux-même leurs habitations plutôt que de voir la Bête nordique s'en emparer. Rapidement, d'épaisses volutes de fumée s'échappaient de la maison face aux Vikings et du Grand Hall. Alors que l'air prenait un goût de cendre, d'intrépides scots accourraient prendre position entre les deux bâtiments dévorées par les flammes et devenus impassables: à gauche, le flux des envahisseurs était canalisé et allait devoir buter contre le mur de lances scot.
tongue

Le passage par le gauche bloqué, le Serpent anglo-danois ondulait vers la droite.


Pris de frénésie, le Serpent attaquait les défenseurs regroupés derrière le puit et, percé de nombreux dards, perdait la tête.


Bordés par les flammes et voyant leur ennemi hésiter, un premier mur de lances scots se ruait sur les premiers rangs Vikings...


... et repoussait les rares survivants vers la plage.


Alors que l'épidémie poursuivait son oeuvre dans le bourg et que les derniers défenseurs cherchaient frénétiquement refuge en hauteur, à la recherche d'air pur.


A moitié aveuglée par la fumée, la tête du Serpent venait buter contre une dernière maison défendue par un groupe de guerriers gallois: dans un sanglant et épuisant corps-à-corps, les cruels anglo-danois étaient massacrés jusqu'au dernier. Bon débarras !


Voyant le hameau plongé dans la fumée, les renforts gallois accéléraient le pas, les bons conseils religieux de Magnus et Glyn leur permettant de ne pas s'écrouler de fatigue.


Enfin les habitants commençaient à traverser le ruisseau sous la garde d'une unité de braves guerriers scots.
Very Happy


Les habitants étaient sur le point d'être sauvés, mais, voyant sa proie lui échapper, la Bête revenait à l'attaque, plus énervée et mauvaise que jamais ! Devant la faiblesse des effectifs qui lui faisait face, le Serpent anglo-danois reprenait courage et se reformait...


... préparant un nouvel assaut vers le puit et comptant sur la seule force du nombre pour parvenir à vaincre les preux défenseurs.


Les champs à la droite du village étaient infestés de nuées de Jomsvikings ivres de sang, que la fumée de l'incendie rendait à moitié fou furieux. Le Jomsviking l'étant déjà par nature plus qu'à moitié, c'est la plus hideuse et démoniaque des meutes vomie par l'enfer qui se ruait vers les courageux mais chancelants guerriers gallois.
Twisted Evil


Enfin, de nouvelles unités vikings se précipitaient vers les maisons en flammes à la gauche du village, le goût du sang dans la bouche, à défaut d'en avoir encore sur leurs lames, mais s'apprétant à faire sauter le bouchon scot comme la bonde d'une barrique d'hydromel !
pale


Et tous les défenseurs ressentirent un froid mordant les étreindre jusqu'à la moëlle. Quand la brute du nord parle, tout le monde prie !
Cela allait faire très très très mal !
affraid

(à suivre...)
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La bataille de Llan-non (VI)

Message  Jean-Michel II le Lun 27 Oct - 10:53

Et ce fut comme si Adramech, Alastor et Azazel incarnés à la tête des trois plus grandes légions de l'enfer se répendaient tout d'un coup, en hurlant, dans les rues enfumées du hameau en flammes !
Shocked

Les Vikings fous furieux chargaient les guerriers scots...


... et renversaient le mur de lances !


Les gardes Jomsvikings rompaient les rangs et traversaient le hameau à une allure foudroyante, sous les collibets des gallois, pour monter à l'assaut, le souffle court, de la dernière maison défendue du hameau.


Epuisés par les combats précédents et asphyxiés par la fumée des incendies, les défenseurs étaient, eux aussi, abominablement massacrés.


Comme le dernier défenseur s'effondrait et que les Jomsviking hésitaient à occuper le bâtiment, un groupe de guerriers gallois en
arrière-garde y mettait le feu. Le bâtiment s'embrasait brusquement, manquant de peu de brûler vif tous les attaquants.
Mad


Mais le Serpent anglo-danois était à l'affut et se jetait sur les malheureux qui s'en allaient promptement rejoindre leurs compagnons en route vers le Royaume des Cieux.
Rolling Eyes


Le hameau était en feu et presque totalement investi par des brutes assoiffées de sang et ivres de colères devant la résistance qui leur était opposée et l'absence de perspective de butin.
Mais pas encore totalement investi: encouragés par leur Seigneur, quelques guerriers scots tentaient une ultime résistance autour d'un champs à l'arrière du hameau. Derrière une barricade hâtivement élevée, ils exterminaient à leur tour un groupe de guerriers-fauves entrés dans une fureur sacrée et expédiés etiam invium au Valhöll.


Tous les regards se tournaient vers les héroïques Scots et tous accourraient vers eux. Les uns pour les soutenir et poursuivre la résistance, les autres pour les massacrer et s'ouvrir enfin la route vers le pont et le bourg, à la pousuite des habitants en fuite !
pale  
(à suivre...)


Dernière édition par Jean-Michel II le Jeu 30 Oct - 9:47, édité 1 fois
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Lapige le Lun 27 Oct - 23:11

C'est palpitant ! I love you

Tenez bon les gars ! Neutral

Scotland for ever ! cheers

Lapige

Messages : 87
Date d'inscription : 19/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Jean-Michel II le Mar 28 Oct - 11:18

Intermède écossais (parce qu'ils le valent bien !)

NDR: Afin de mieux informer le lecteur, j'ajoute ici quelques feuillets tirés des chroniques Celtes, mettant en lumière les moeurs écossaises de l'époque, en général, et les édifiantes conséquences des actes d'un certains frère, en particulier.
study

En 1066, la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant déstabilisait le pouvoir anglais et Edgar Atheling, l’un des autres prétendants au trône d’Angleterre, et par conséquent adversaire de Guillaume, fuyait en Écosse. Malcolm épousait Marguerite, la sœur d’Edgar, ce qui en faisait l'ennemi de Guillaume, qui commençait d’ailleurs à contester les frontières sud de l’Écosse. Guillaume envahissait l’Écosse en 1072, chevauchant jusqu’à l’embouchure du Tay où il rejoignait sa flotte. Malcolm se soumettait, versait un tribut à Guillaume, et donnait son fils Duncan en otage.

Marguerite avait une grande influence sur l’Écosse, en introduisant notamment la culture européenne à la cour. Son père était anglais et sa mère hongroise, et elle grandit en Hongrie dans la tradition catholique.

Le parti anti-normand dominait dans l’entourage du roi Malcolm, provoquant le mécontentement du Roi d’Angleterre aux prises avec la révolte des comtes. C’est dans ce contexte qu’eut lieu la Fraternelle Discussion, au monastère d’Iona, entre les représentants des Eglises d’Ecosse et d’Irlande, et la délégation envoyée par le pape Grégoire VII.


Les représentants de l’Eglise d’Irlande défendaient dens clavum l’orthodoxie des traditions d’origine celte. Ceux de l’Eglise d’Ecosse étaient divisés en deux factions antagonistes en tout, sauf dans leur détestation des Normands : d'un côté, les défenseurs des rîtes celtes, de l'autre les partisans de la reine Marguerite et du catholicisme occidental. Enfin, la délégation papale était revertantur in ovili de Rome et représentait tout autant le Pape que le détesté roi Guillaume.
geek

Les participants étaient parvenu à s’entendre sur le lieu de la rencontre : le monastère d’Iona, qui à cette occasion défendait sa primauté sur les communautés ecclésiastiques locales.

C’est donc là que les légations au complet, partisans des traditions locales et partisans de Rome, se firent face sur une rangée de sièges disposés en hémicycle, les deux fronts séparés par une table où avaient pris place l’abbé d'Iona, Muiredach Mac Daltae, et l’évêque Gérard.

La séance fut ouverte par l’Abbé qui résuma les faits les plus récents de l’époque et les enjeux de la rencontre pour le monde chrétien occidental. Sur quoi surenchérit courtoisement l’Evêque en  rappelant la complexité des choses et l’irritation du  souverain pontif devant les positions les plus hétérodoxe des rites des églises celtes.

Les représentants des légations furent alors invités à présenter leurs positions prolabitur ad finem. Comme les prédicateurs enchaînaient leurs discours avec enthousiasme, le geste passionné, la voix persuasive, le sourire fascinant...
sunny
... les raisonnements se faisaient de plus en plus antagonistes et de moins en moins clairs et conséquents.
scratch

Ce fut à ce point là que se leva frère Magnus, cellérier du monastère d’Iona, la barbe vibrant de colère, pour répondre à un prêtre aux paroles véhémentes bien que cherchant à paraître conciliantes :
Mad
- Il est dit que quand le moment sera proche où se dressera en Occident un roi étranger, seigneur d’immenses biens frauduleusement acquis, athée, massacreur d’hommes, assoiffé d’or, astucieux comme un renard, mauvais, ennemi des fidèles et leur persécuteur, et qu’à son époque on ne tiendra nul compte de l’argent mais on n’aura d’estime que pour l’or !

Rouge de colère et à court d’arguments, le prêtre tenta de franchir l’espace qui le séparait de la légation celte, en proclamant à haute voix, et avec des mots que je n’ose rapporter, sa ferme intention d’arracher sa barbe au frère Magnus, dont il révoquait en doute la virilité, et qui précisément selon la logique du talion il voulait punir, en utilisant cette barbe en guise de fléau.
Evil or Very Mad

Les autres membres de la légation celte coururent faire un rempart en défendant leur frère, les Romains jugèrent utile de prêter main forte au prêtre et il s’ensuivit Domine miserere filii tui optimi une rixe que l’Abbé et l’Evêque cherchèrent en vain d’apaiser.
Au cours de ce tumulte, Celtes et Romains se lancèrent réciproquement des mots fort graves, comme si chacun d’eux était un chrétien en lutte avec les païens.
La dispute à son comble, les serviteurs du monastère durent intervenir pour empêcher que les deux bandes en vinssent définitivement aux mains. Mais tels des assiégeants et des assiégés, de chaque côté des murailles d’une forteresse, ils se lançaient contestations et injures, sous les cris de l’évêque Gérard et de l’abbé Muiredach Mac Daltae :
- Vénérables frères, vénérables frère !
No

La rencontre avait vécu.
Suspect

En août et septembre 1079, l’armée écossaise attaquait le nord de l’Angleterre. Elle pillait le Northumberland pendant trois semaines sans opposition, et rentrait au pays avec un lourd butin et de nombreux esclaves.
Razz

L’année suivante le roi Guillaume envoyait son fils Robert en campagne contre les Écossais. Robert prenait Lothian et forçait le roi Malcolm à négocier par l’intermédiaire d’un légat du pape.
No

Les partisans de la reine Marguerite tenaient leur revanche et la rencontre trouvait une triste conclusion. L’influence de la reine dans la politique de l’Église lui permit de réussir à faire abandonner à l’Église d’Écosse certaines de ses traditions uniques d'origine celte, vers un plus grand conformisme avec les pratiques du reste de l’Europe occidentale. C’est à partir de cette période que l’Église écossaise reconnut l’évêque de Rome, le Pape, en tant qu’autorité supérieure, et c’est grâce à la volonté de Marguerite qu’un monastère bénédictin était fondé à Dunfermline et que Saint Andrews commença à remplacer Iona en tant que centre du pouvoir ecclésiastique local. Les rites écossais réintégrèrent peu à peu le courant principal du catholicisme occidental.
pale

Quant au frère Magnus, il entendit fort bien les accords négociés. Afin de prévenir tout incident fatal et complice du chaos sévissant en Ecosse, il abandonnait sa charge et prenait la fuite, débutant une vie dure et aventureuse, trouvant inlassablement refuge dans les monastères lointains de la mer d’Irlande, animant toujours la flamme la résistance aux normands.
Cool


Dernière édition par Jean-Michel II le Mer 29 Oct - 1:33, édité 2 fois
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Jean46 le Mar 28 Oct - 19:07

Merci pour ce commentaire historique, très intéressant. Et très bon CR.

Jean46

Messages : 207
Date d'inscription : 03/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La bataille de Llan-non (VII)

Message  Jean-Michel II le Jeu 30 Oct - 12:17

Ô rosaire qui me rappelle ma déchirure
Cher était ce doigt que je vois,
qui t'a touché une fois, bien aimé le cœur
de celui qui te possédait jusqu'à ce soir.
Je pleure la mort de celui dont la main
Tu enlaçais à chaque heure de prière.

Suspect

Alors que les femmes et les enfants poussés par l’angoisse se rassemblaient devant la demeure du chef du bourg pour guetter les signes de la bataille…


Après un long et épuisant exode…
pig


Les habitants du hameau atteignaient enfin les abords du bourg et se plaçaient sous la protection des mercenaires flamands et d’un groupe de gardes scots.


Les Hommes du Nord à leur trousse n’avaient pas passé le pont et ne pouvaient plus les rattraper. Glória Patri et Fílio et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio et nunc et semper, et in sæcula sæculórum.

Mais la bataille atteignait son paroxysme dans les champs aux abords du hameau. Alors que les pillards Vikings étaient toujours bloqués par les héroïques scots, des groupes de guerriers Anglo-danois et Jomsvikings abandonnaient le hameau en proie aux flammes et commençaient à se déverser dans les champs en direction du bourg.


Comme les féroces gardes Jomsvikings obliquaient sur leur droite, pensant prendre au piège les scots, ils tombaient face aux gardes gallois accourus à la rescousse.
cheers


Mais la Bête était lâchée sur le monde et la main du Diable s’abattait miserere et pecca pro nobis !
Evil or Very Mad


De nouveau le mur de lances scot cédait sous les assauts des Vikings qui en faisait un effroyable massacre.
Les gardes Jomsvikings se ruaient sur les gardes gallois qui les attendaient de pied ferme. Et les corps broyés s’amoncelaient dans les champs de navets.
Mad


C’est à ce moment que ad maiorem Dei gloriam, Dominus exercituum, les renforts gallois traversaient enfin la rivière, le Sederunt aux lèvres.
sunny

Guidé par Glyn, le chant s’élevait droit vers le ciel, donnant une grande impression de puissance :
Sederunt principes
Et adversus me
Loquebantur, iniqui.
Persecuti sunt me.
Adjuva me, Domine,
Deus meus salvum me
Fac prosper magnam misericodiam tuam.  


Et l’armée des Anges balaya la plaine pour libérer les élus et précipiter les maudits dans le feu éternel préparé par le diable et ses ministres !


Déjà, telle une vague éblouissante de lumière, sous les hurlements joyeux de Magnus, les guerriers gallois débordaient les unités anglo-danoises perdues égarées dans la plaine…
Un nouveau chant plein d'espoir s’élevait comme les javelots gallois traversaient le ciel et s’abattaient sur la Bête. Redoutables étaient leurs cuirasses de feu, d'hyacinthe et de soufre, mais enfin, un trait trouvait la faille et le hurlement de la Bête s’éleva pour la septième fois, et ce hurlement était de surprise et de peur.


Le Seigneur scot s’avança alors au devant de la meute Viking et cria à ses derniers guerriers toujours debout:
- Llai ydym ni, y gorau y mae'n rhaid i ni anelu, mae angen gryfach a glanio ar y dewrder mae'n rhaid i ni ddefnyddio ! (Moins nous serons nombreux, mieux il nous faudra viser, plus fort il nous faudra frapper et plus le courage il nous faudra déployer).


Ô rosaire qui me rappelle ma déchirure
Cher était ce doigt que je vois,
qui t'a touché une fois, bien aimé le cœur
de celui qui te possédait jusqu'à ce soir.
Je pleure la mort de celui dont la main
Tu enlaçais à chaque heure de prière.

Crying or Very sad

NDR: C'est sur derniers mots que se termine la description de la bataille de Llan-non, le reste du manuscript ayant été perdu bien des années plus tard dans l'incendie de la bibliothèque d'une abbaye dont il est bon et charitable de taire même le nom.
No

Extrapolant à partir d'autres informations disponibles, les Hommes du Nord ne franchirent jamais le pont sur l'Afon Cledan et subirent un revers majeur, devant réembarquer avec un maigre butin. Mais victoire à la Pyrrhus pour l'Alliance Gaëllique, décimée par les combats et la maladie.
A noter que l'expression "Franchir le pont de Llan-non" date très probablement de cet épisode et sa signification varie énormement d'une culture à l'autre. En Scandinavie, "Yfir brúna til non-Llan" signifie ne pas réussir son coup, ne rien gagner, se retrouver avec une espérance déçue. "Croeswch y bont i non-Llan" signifie au Pays de Galles, apparaître brusquement, sans ménagement ou très à propos, alors qu'en Ecosse elle signifie, en fonction du contexte, garder une attitude ferme et déterminée, sans plier, avoir la conscience tranquille ou mourrir.

study


Dernière édition par Jean-Michel II le Lun 3 Nov - 7:15, édité 2 fois
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Jean-Michel II le Lun 3 Nov - 1:37

Epilogue

Et les Hommes du Nord disparurent dans la brume aussi vite qu'ils en étaient apparus, laissant le royaume de Deheubarth exsangue.
Alors que l'envahisseur avait été repoussé de la plupart des gros villages, sa rage s'était abattue sur la campagne et les fermes isolées où un silence de mort régnait maintenant.
Heureusement, les maigres récoltes de l'année avaient pu être sauvées et la disette fut épargnée aux survivants. Là, résidait la grande victoire de l'Alliance Gaëlique. Durant cette période, Magnus et Glyn parcoururent inlassablement les contrées ravagée apportant encourgements et aide.
Mais plus à l'Est, les Normands rassemblaient une armée innombrable pour achever au printemps la conquête du Pays de Galles. Dominus Vobiscum, l'année 1092 fut terrible. L'année 1093 allait être pire...

Un grand merci à tous la participants de cette authentique reconstitution fictive et à tous les organisateurs du 16ème tournoi d'Aniche !
Very Happy


Et à l'année prochaine pour de nouvelles et édifiants aventures.
cheers
avatar
Jean-Michel II

Messages : 659
Date d'inscription : 22/10/2012
Localisation : 78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aniche 2014: Magnus et Glyn - La chute de Deheubarth

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum